lundi 27 juillet 2009

Rouge amère – Les trois bigaradiers de Séville

Est-ce peindre une vanité à court terme ? Est-ce constituer un miroir ? Est-ce complètement arbitraire ?
Les trois ?


↑ Clic pour agrandir — Peinture acrylique sur toile — 55 cm x 46 cm

9 commentaires:

marmotte a dit…

le closup faisait moins peur !! =D

les mains sont vraiment terribles, puis le regard et les vibrations rouges... ça jette un froid.
Je ne saurai pas me mettre à la place du peindre, donc j'aurai du mal à répondre à tes interrogations (si ce n'est pour en poser d'autres).

j'y vois une sorte de rituel-jugement ; "on va prendre qqch, ou qqun pour le passer au crible", ce dernier subit une parano très négative, c'est pas bon signe si elle le regarde (donc là c'est l'instant où il est encore sauf), les mains forme le jury aveugle, elle parlent.

marmotte a dit…

"les mains forment* le jury aveugle, elles* parlent." // pardon les fautes -___-' fatigue.

Bertrand a dit…

Je savoure ce concours de prise de tête :]
J'y jetterai un peu d'huile quand j'aurai tout assimilé.

erwannbrun a dit…

Prise de tête, je ne voudrais pas manquer à l'appel.

Arbitraire de quoi ?
Ca n'existe pas l'arbitraire, il n'y a que des nécessités dont on ignore les formes. Et puis, même en supposant un arbitraire au départ, le spectateur qui s'empare de l'oeuvre lui ré insuffle un sens et par là même une nécessité.

Sinon ce sont des mains de femme araignée, et il se trouve que marmotte tisse des filets tout petits qui nous collent le plus souvent. Comme quoi l'impact n'est pas proportionnel à la taille.

Elle a quelque chose de recroquevillé, mais je ne suis pas sûr que ce soit elle, j'y vois plus un cycle expansion-rétractation propre à ton travail.
Dans le visage existe une violence rentrée, qui dit peut-être Marmotte, mais je ne l'ai pas encore assez fréquenté pour me faire une idée plus fine.

Et d'ailleurs, à la vue de cette peinture je me demande si c'est sage ...

marmotte a dit…

Assez d'accord avec Erwann, comme quoi le spectateur donne aussi à l'oeuvre sa raison d'exister.

femme araignée.. hahaha je sais pas trop comment le prendre :D

recroquevillé ~ cycle expansion-rétractation > pas seulement dans mon travail en effet (d'ailleurs ça m'amuse -et me désole la fois- de "me" constater cette particularité assez régulièrement...)

Je pense que Bertrand m'a assez entendu parler pour communiquer des choses vraies (sur ma personne) dans sa peinture, des choses que d'autres peuvent remarquer ; comme toi Erwann ici. Sa peinture est donc "doublement" réussie (elle parle, et elle dit des trucs vrais).
Mais je ne demanderai pas à Bertrand ce qu'il a voulu faire, ou exprimer.

Bertrand a dit…

Je suis assez fier de vous :]

J'ai toujours des doutes sur le concept de « rituel-jugement ». Et dans l'ensemble je pense que tu as trop verrouillé ce premier post.

Je te suis très bien, Erwann. Mais si j'ignore tes nécessités, elle me paraissent arbitraires. Et si j'ignore les miennes ? Du moins, un certain temps, avant qu'elles ne se révèlent ? Ne le sont-elles pas ?

C'est vous tous à qui donnez à l'œuvre sa raison d'exister, on s'y entend ;)

Recroquevillé ~ cycle expansion-rétractation > On remarquera qu'il manque une phase, même si l'on compte le 'statique symbolique'. En faisant ce tableau, je me disais que ce n'était pas celui que je voulais faire. Qu'il en fallait un autre. (Mais on va se calmer, là. Quoiqu'il faut bien faire III.) Que je me plantais, en gros. Il s'agit de l'expansion. Merci, parce que j'avais l'image mais je ne l'avais pas verbalisé. D'ordinaire ça fonctionne dans l'autre sens, le verbe précèdent l'image.

Ensuite, je suis très heureux, Marmotte®, que tu aies le sentiment que des choses vraies ou pas, justes ou non, sont racontées. Tant que ça parle :]

Julien alday a dit…

Merci pour le commentaire, Bertrand.
Ravi de voir ton blog, c'est plein de belles cho... Ha, tiens, une Marmotte ? Jamais vu LA Marmotte en vrai, c'est toujours super de découvrir les artistes à travers les travaux d'autres artistes.

Les commentaires sont super intéressants à lire, pour le cheminement et leurs pertinences.

Je ne rentrerai pas dans la danse, je suis nul pour les analyses poussées. :P

Mais un grand bravo, Bertrand, voilà un blog intéressant à lire et à regarder.
Julien

Bertrand a dit…

Je ne suis pas certain qu'il faille me remercier pour ce que j'ai dit.
Mais bon, on va faire comme si :]
Et tu as raison, il y a des gens biens qui passent par là.

bertrand a dit…

Ah ! Le bon temps... Quand on ne laissait pas ses commentaires sur facebook.