dimanche 8 juillet 2007

Vissé sur un caillou

Vissé sur un caillou entre le château et le musée Armande Béjart, j’ai salué des centaines de personnes. Des papas cool, des Baden Powell, des vieilles souriantes, des poudrées… J’ai vu le temps au ralenti. Il ne pouvait pas m’atteindre.

4 commentaires:

Calamity a dit…

J'aime beaucoup, le trait est nerveux et ça donne une tension super intéressante au personnage.

Déserts a dit…

Merci. Je crois que c’est ce qu’on appelle un dessin sincère.

Calamity a dit…

Bah oh, et la suite ?
=]

Déserts a dit…

Merci de ton intérêt ! J’arrive, j’arrive !