jeudi 7 février 2008

Vanité Cinquante-six


Acrylique de la mort, Cliquez pour agrandir

Dimanche :
Pourquoi ai-je tant de mal avec M. Sweeney Todd ?
Pouf, pouf…
Comment un personnage aussi baroque, aussi torturé, mû par la vengeance, ne me va-t-il pas directement dans l’artichaut ?

Et bien, c’est ça le problème. Je ne l’ai pas senti, pépère. Le lyrisme Burtonnien ne m’a pas atteint. Damned ! Johnny Depp en David Vanian sanguinaire (promis j’arrête là les jeux de mots pour non-initiés) m’a mis très mal à l’aise.
C’est sans doute l’âge. Peut-être réclamerais-je aujourd’hui un amour impossible dans Dawn of the Dead…

5 commentaires:

Lazy girl a dit…

Sweeney Todd : déception aussi. On retrouve l'univers burtonnien mais bof bof. Trop comédie musicale, trop de chansons.
Sinon, très belle la nenette : quel regard et quelle frange. Yeah !

Hubert de Lartigue a dit…

Tu viens aux Fufus ce soir? J'te raccompagnerai!

Déserts a dit…

Lazy > Et bien, ce n’est pas tant la comédie musicale qui m’a dérangé (je suis assez client) que le manque de romantisme.

Hé, tremble pour sa frange !

Hubert > Merci pour ton invitation ! Je retiens le taxi pour la prochaine ;-) J’espère que tu n’as pas brisé le petit Naël.

Anonymous a dit…

Yo!
Ya-t-il un rapport entre le titre et le produit girly de Prince?
Et sinon, j'aime bien les filles à frange...les brunes a frange.

Déserts a dit…

Hum… Non aucun rapport :]
Mais merci de ton intérêt !