lundi 20 avril 2009

Dialogue... (En cours)

Alors forcément, dans l'ombre, on a perdu le vert iris. Pour une fois, je ne voudrais pas y voir plus qu'il n'y a mais c'est un autre jeu impossible.
Ainsi, altérations, transferts...


A suivre.

2 commentaires:

zegatt a dit…

Intriguant.
Ton trait se complexifie. J'aime.

Bertrand a dit…

Merci :]
Dans un sens, ça peut être embêtant si l'on considère que c'est un détail — c'est complexe et ça finit bordélique !